LES INDICATIONS DE LA MAYR-KUR

La Mayr-Kur (cure Mayr) est indiquée pour bon nombre de maladies de l’appareil digestif, telles que la constipation, la diarrhée, le mal au ventre chronique, le ballonnement, la colite, le colon irritable, la gastrite, l’ulcère duodénal, les troubles fonctionnels du foie, les petits calculs biliaires, les allergies alimentaires, la maigreur chronique. En guérissant l’intestin, et par conséquent en diminuant l’état d’intoxication chronique de l’organisme, on facilite le retour à meilleur état de beaucoup d’autres organes qui avaient été taquinés pendant de nombreuses années par les toxines intestinales ; nous pensons en particulier :

–  au système nerveux (fatigue chronique, maux de tête, névralgie du trijumeau, feu de Saint-Antoine, vertige, bourdonnements auriculaires) ;

–   aux glandes endocrines (obésité, cellulite, ostéoporose) ;

– à l’appareil musculaire et ostéo-articulaire (douleurs musculaires, arthrose, arthrite, mal au dos et autres rhumatismes) ;

–  à l’appareil génital masculin ou féminin (manque de libido, troubles prémenstruels, absence de menstruations, stérilité fonctionnelle, troubles de la ménopause) ;

– à l’appareil respiratoire (asthme, bronchite, cathares chroniques, pollinose) ;

–  au cœur et à la circulation sanguine (hypertension, arythmies, chevilles enflées, pieds habituellement froids, cholestérol et taux de graisses dans le sang élevés) ;

–  aux voies urinaires (cystite, brûlures uro-génitales) ;

–  à la peau (acné, eczéma, psoriasis, herpès, transpiration fétide, chute des cheveux, démangeaisons, allergies cutanées).

En outre la Cure Mayr offre à tous ce qui ne sont pas vraiment malades, mais qui s’aperçoivent qu’ils ne sont pas aussi sains et énergiques q’ils pourraient et devraient être, la chance d’une authentique médecine préventive.

 

CONTRE-INDICATIONS À LA MAYR-KUR

 

Les contre-indications à la Mayr-Kur sont les maladies psychiques (névroses, syndromes d’anxiété, hypocondrie) et psychiatriques (schizophrénie, syndromes de paranoïa et de manies, états délirants et démentiels), qui empêcheraient l’application en conscience de la méthode ; ainsi que toutes les maladies dégénératives (sclérose en plaques, cirrhose du foie, artériosclérose, insuffisance cardiaque et rénale, maladie de Alzheimer) et néoplastiques (cancer), trop avancées pour pouvoir espérer dans une récupération de l’organisme même après désintoxication.